TIFFAUGES 1368

CRI D'INAUGURATION

Nous, Malo, héraut du duc de Bretagne, faisons savoir par la volonté d’icel que l’an de grâce 1368 à la Saint-Michel par devant nous furent monstrees et veues lez lettres d’Edouard de Woodstock, Prince de Galles, duc D’Aquitaine et comte de Poitou, notre seigneur, saignes et entieres, seeléz en las de soye, de cire vert contenant la fourme qui ensuit.

Edouard ainsné filz et lieutenant du Roy d’Angleterre, duc d’Aquitaine et Comte de Poitou. Savoir faisons a tous presens et avenir que comme lez bourgeois et habitans de la ville de Tiffauges disoit que grant et evident prouffit serait a nous, a eulx et au pais se il plesoit ordenner en notre dite ville, qui est lieu ou grant quantité de marchans estrangés et d’autres gens viennent et demeurent ainsi comme continuelement, unef oire par an considéré qu’il convient souvent les d. supplianz et marcheans et les autres frequentans lad. ville aler querré et acheter hors d’icelle leurs vivres et autres necessitéz que eulz pourroient avoir presentement es jours d’icelle foire et pourroient demourer continuellement en lad. ville pour la garder et deffendre des anemis qui cesforcent de la prendre et piller, et lez d. habitans et frequentans et habitans chascun jour nous aient supplié humblement que nous leur willons octroier et faire ordonner en notre d. ville la dite foire la veille et au jour de la feste Saint-Michel

perpetuellement meesmement que en aucunez dites villes d’environ na es d. jours foire ne marchié si comme l’en dit, nous qui avons fait savoir la verité sur ceu par aucuns de nos conseillers lesquex ont trouvés et nous ont rapporté que led. marchié seroit prouffitable a nou s et au pais d’environ defun, de tout notre creu accroistre le prouffit dez subgetz de notred. seigneur et dez messires et des marchans, enclinans a la supplication desd. supplians leur octroyons et ordenons en lad. ville de Tiffauges une foire par an es d. jours perpetuellement de grace especiale et de certaine sience et mandons à notre Commissaire John Chandos et à la vicomtesse de Thouars et a tous nos autres justiciés presens et avenir et a chascun d’eulz si comme a luy appartendra et requis en sera, ou a leurs lieutenant et a tous les subgetz de notred. seigneur et aux notres que lad.foire il fachent crier et publier es lieux notables et acoustumés en tels cas ou semblables et lez fachent ordenner assoer ou tenir es lieux plus convenable et prospectable de lad. ville ou pres d’icelle, et lessent passer par leurs juridiction et destroiz paiziblement et sans empeschement tous marchans et toutes marcheandizes et toutes autres gens en alant aud. marchiés et foirez et en retournant d’iceux, et leur baillent et faschent avoir a leurs despens conduit, conseil et aides toutes fois que mestier leur sera et le requerront. Et pour ceu que cheu soit ferme chosez et estable a tousjours nous avons fait metre notre seel a ces presentes lettre sauf en autre chose le droit de notred. seigneur et le notre en toutes l’autruys.

Donné a Poitiers l’an de grace mil troys chens soixante et huit le treizième jour du mois de septembre.

HAUT